Auteur Sujet: N°1 : Construction d'un rêve  (Lu 1402 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Lady Lyndis

  • - COMPTE PNJ. NE PAS MP. CONTACTEZ PLUTÔT LES ADMINISTRATRICES. -
  • PNJ(s)
  • Messages: 77
  • Maîtresse/esclave de: L'île toute entière
  • Sexe du perso: Femme
N°1 : Construction d'un rêve
« le: 27 février, 2015, 22:31:19 »
Yuri Slave, vous pensez tout savoir de cette ville ? Pauvre fou, détrompez-vous tout de suite !

Beaucoup se plaisent à penser que cette immense ville que nous parcourons tous les jours a toujours été ainsi, moderne et puissante. Certains se disent qu'au départ ce devait être un village devenu ville, elle-même devint la mégapole actuelle. Et bien seuls les premiers ont raison. Dame Lyndys était une dingue, du genre Jules-Vernes sans le côté machine à vapeur. Elle rêvait depuis toute jeune d'avoir un royaume où elle serait reine, un royaume de femmes tout égales. Ce rêve de jeune fille fut accompli quand elle était femme. Personne n'y croyait vraiment, une ville futuriste sortit tout droit de la tête d'une gamine, c'était de la pure folie ! Pourtant elle y tenait corps et âme, elle y mit aussi toute sa fortune, et le rêve prit alors forme. Mais ce n'est pas la ville que vous connaissez, avant celle-ci il y eut une autre ville sur l'île. Cette ville n'avait pas nom, elle faisait partie intégrante du chantier de construction. Une ville d'hommes et de femmes, une ville construite à la sueur des ouvriers qui désiraient avoir un endroit où loger pendant les travaux. Il est bon de savoir également que Yuri-Slave n'a pas toujours été aussi forte qu'aujourd'hui, au départ elle ne ressemblait à rien d'autre qu'à de gigantesques trous dans le sol.

En effet avant de pouvoir bâtir cette cité il fallait y faire des fondations, le sol de l'île était imprévisible. La dame était très prévoyante, et aux prix où elle payait ses ingénieurs elle pouvait bien se permettre de leur demander l'impossible. Un chantier sans fin, voilà ce que représentait cette ville à sa naissance, un immense labyrinthe de tuyaux et de poutre d'acier. Voilà à quoi ressemblait cette ville durant les années 30, un capharnaüm indescriptible de métal et de béton. À côté sa soeur, la ville des ouvriers ressemblait déjà à une vraie petite ville, des maisons de bois et de pierre, un quartier riche et même une place étaient en construction. La ville principale utilisait des techniques nouvelles, en avance sur son temps elle bénéficiait d'un puissant appui extérieur pour sa technologie, peut-être la ville servait-elle de sujet de test à son insu. Mais dans les faits elle devenait tentaculaire et solide comme la roche. Elle demandait chaque jour plus d'ouvrier, à croire que l'a folie n'avait de limite la dame y fit même construire un port de plaisance et un quai pour les ferries. Il faut dire qu'elle voyait la facture des avions montrer très cher, et puis ce n'était pas vraiment efficace.

C'est ainsi que dans les années quarante alors que la grande place de la ville mineure se finissait et que la cité ouvrière devenait une magnifique ville. On vit apparaitre de grands paquebots de marchandise, la piste d’atterrissage cessa d'être utilisée et l'ancien port, le premier de l'île qui devenait trop petit furent changés en port de péché. Du côté de la grande ville, les routes apparaissaient, grande large pensée pour l'avenir. Il y avait aussi des voies pour des trams sur les grands axes et sur les plans tout un système de métro devait prendre place. Pourtant rien n'eut lieu, on ne construisit ni dépôt de tram, ni station de métro alors que les tunnels étaient là... Dix ans plus tard on rouvrit l'aéroport, mais cette fois avec une tour de contrôle, quelque piste en plus aussi. C'était devenu un moyen correct de livrer des matériaux et les bateaux étaient trop lents aux yeux de la dame qui croyait fermement en son rêve. Des entrepôts furent aussi ajoutés sur les docks, ils étaient utilisés pour stocker les matériaux, mais seraient revendus à la fin du chantier. Dame Lyndis se plaisait à trainer sur le chantier, observer le travail avancer toujours trop lentement à son gout. Durant les années soixante, l’agriculture se développa sur la ville ouvrière, les ouvriers en avaient assez du poisson...

C'est aussi pendant ses années que la ville grandie le plus, l'apparition du gaz naturel dans les foyers ouvriers donnèrent l'idée de faire une immense centrale pour alimenter cette ville. Mais Lyndis voyait plus grand, elle imagina une centrale solaire dans les montagnes, qui ne gênerait pas la vue des habitantes. Aussi la construction continua en anticipant cette future centrale, toutes les maisons avaient des prises de courant, des arrivées de gaz et d'eau. Yuri slave avait deux moyens d'obtenir l'eau, une immense station de pompage situé à côté de la ville ouvrière et qui allait devenir autonome. Et enfin une station de désalinisation pour l'eau de mer située près du premier port de l'île. Bien sûr ces bâtiments nécessitaient de l'entretien, aussi on ajouta cela à la charge des ouvriers en attendant d'avoir la technologie pour rendre tout cela autonome. En contrepartie et pour pouvoir finir la ville dans les temps on cessa d'utiliser l'aéroport qui venait d'être rénové, il était trop cher à entretenir pour commencer et la plupart des matériaux étaient sur déjà place. Dans la foulée la petite gare qui servait pour les trains de marchandises entre le chantier et le port fut agrandie. En effet il fallait que les bateaux puissent débarquer rapidement leurs matériaux, à cette fin d'immenses grues apparurent sur le chantier.

La grande ville avançait bien, sa ville voisine aussi, l'une était organisée et rangée, l'autre était un bordel innommable. Yuri-Slave vit alors ses premières habitantes débarquer, des nobles dames n'ayant pas froid aux yeux pour s'installer dans une ville en construction. Mais la plupart de ces dames savaient aussi que tout était à gagner par ici. La ville bien qu'un peu terne ressemblait à la ville d'aujourd'hui, le centre commercial et la plage en moins. Il restait pas mal de travaux à faire un peu partout et dame Lyndis veillait au grain malgré son âge déjà avancé. Cependant elle n'oubliait pas ses plans, et déjà elle mettait en place le nécessaire pour chasser les hommes à la fin de la construction. Ça commença doucement par des offres de voyages vers le continent, ainsi que de primes pour ceux qui rentraient sur le continent en oubliant leurs femmes... Enfin ça c'était en dessous de table bien entendu. Mais les nobles aussi avaient leurs plans pour purifier l'île, à commencer par des meurtres commis dans l'ombre... Mais ce n'était rien face à la catastrophe qui allait suivre. La ville toucha à sa fin, la noble dame eut juste le temps de la voir presque achevée avant de mourir... Son rêve était accompli, mais elle ne saurait jamais le drame qui allait arriver après elle.
« Modifié: 27 février, 2015, 22:37:37 par Admin »