Auteur Sujet: N°14 : Les médias  (Lu 1492 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Lady Lyndis

  • - COMPTE PNJ. NE PAS MP. CONTACTEZ PLUTÔT LES ADMINISTRATRICES. -
  • PNJ(s)
  • Messages: 77
  • Maîtresse/esclave de: L'île toute entière
  • Sexe du perso: Femme
N°14 : Les médias
« le: 27 février, 2015, 22:37:37 »
La ville possède un quotidien qui vous tient au courant de l’état de l’île, divers articles sur les nouvelles arrivantes y sont, sauf si elles ont souhaité ne pas faire savoir leur venue. On y trouve aussi des informations sur les nouvelles boutiques de l’île ou encore les restaurants les plus populaires. En effet le quotidien est assez léger puisqu’il ne parle pas beaucoup du reste du monde. Les seules fois où il en parle, c’est lors des évènements très importants comme les attentats du World Trade Center ou encore le tsunami qui a ravagé le japon il y a quelques années. Mais jamais il ne vous parlera de la dernière star à la mode sur le Continent.

La radio locale est absente des ondes, seule l’ancienne ville possède encore une radio locale qui fonctionne mais vous diffuse de la musique dépassée depuis environ 60 ans et n'est captée presque nulle part. Ceci dit si les radios hertziennes ne sont pas dans la ville principale, rien ne vous empêche de capter une radio sur internet, bien que vous ayez impossibilité de participer à certaines émissions ou podcasts.

Pour la télé, l’île est en circuit presque fermé, elle a ses propres chaînes à thème parlant d’esclaves et de façons de les traiter, ou encore avec des émissions de variété tournant autour de l’esclavage. Mais dans vos maisons vous pouvez tout à fait demander (en payant un supplément) à avoir accès aux chaînes du continent américain. Les journaux télévisés quant à eux sont peu nombreux, l’île ne déborde pas non plus d’informations et ils ont rarement plus de trois ou quatre sujets à se mettre sous la dent.

Concernant les ordinateurs et les sites internet, les dirigeantes de l’île ont mis en place un pare-feu bloquant certains sites « à risques » tels que les chats. L’île dispose donc d’un réseau fermé, et toutes les publications des internautes originaires de l’île ne pourront pas sortir de l’île, quand bien même ces internautes en auraient l’impression. Les dirigeantes ne permettraient en effet aucune fuite d’information. Et de ce fait, les appels au secours faits via les réseaux sociaux ne déboucheraient tout simplement nulle part. Tout est filtré par les autorités de l’île qui possèdent des experts en informatique et sécurité. Impossible de crier au secours sur les réseaux sociaux, impossible d’envoyer des vidéos ailleurs que sur le réseau privé de l’île.

Pour les appels, il faut passer par des cabines publiques qui ne transmettent pas hors de l’île. Oubliez vos téléphones portables dernier cri ! Les opérateurs ne fournissent aucun appel vers l’étranger. Les cabines sont aussi mises sur écoute. Vos appels sont donc enregistrés, et vous êtes susceptibles de vous faire arrêter. Néanmoins, certaines maîtresses influentes, en payant un (très) gros forfait, ont la possibilité de contacter l'extérieur à raison d'un appel par mois grand maximum, bien qu'elles restent sur écoute elles aussi.

Enfin, si l’on utilise la Poste, l’adresse d’envoi est masquée, de ce fait, personne ne pourra vous trouver même si vos proches pourront recevoir de vos nouvelles par ce biais. Le seul moyen d’envoyer des lettres est de s’arranger avec l’agence portuaire, et encore. Par ailleurs, votre courrier sera contrôlé et, si il est trop dangereux pour l'île, détruit sans être envoyé.
« Modifié: 27 février, 2015, 22:40:49 par Lady Lyndis »