Auteur Sujet: N°17 : La mafia  (Lu 1260 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Lady Lyndis

  • - COMPTE PNJ. NE PAS MP. CONTACTEZ PLUTÔT LES ADMINISTRATRICES. -
  • PNJ(s)
  • Messages: 77
  • Maîtresse/esclave de: L'île toute entière
  • Sexe du perso: Femme
N°17 : La mafia
« le: 09 juin, 2015, 17:15:27 »
La mafia est une organisation bien trouble et loin d'être uniforme. De fait, sont regroupées dans la mafia la plupart des individus menant des activités illicites.
Pour cette raison, il est important de différencier les membres de la mafia locale et "les autres". Ces dernières agissent pour le compte de mafia extérieure ou, en de rares cas, pour leur propre compte ou celui d'une cellule bien inférieure à celle de la mafia locale.

Au fur et à mesure que les habitantes arrivaient sur l'île, certaines eurent envie de se rebeller, non pas contre le système, mais contre l'autorité en place : la police. De ce fait, certaines femmes commencèrent à mener la vie dure aux femmes de lois en causant de multiples délits tels que des rackets ou des agressions, des cambriolages, des viols de maîtresses, et j'en passe. Petit à petit, ces marginales se regroupèrent autour d'une femme du nom d'Angel Love, qui prit bientôt leur tête. C'est ainsi que naquit la mafia de l'île. Ce réseau, bien que peu organisé au début, ne tarda pas à être aussi inflexible que l'armée. Elles adoptèrent donc un certain nombre de règles, comme par exemple le fait de se reconnaître grâce à un tatouage d'ouroboros, le serpent qui se mord la queue, symbole d'éternel recommencement.
Leurs activités illégales ne s'arrêtèrent bien évidemment pas. Les rackets, agressions et cambriolages continuaient, bien que bientôt assortis d'autres délits. En effet, la mafia se diversifia, organisant divers trafics, faisant du blanchiment d'argent, des faux papiers, des contrefaçons... Mais sous l'égide de la mafia, bientôt, certaines prostituées furent enrôlées. C'est ainsi qu'une activité de proxénétisme commença, moyennant une protection, afin que les prostituées ayant accepté de reverser une partie de leurs gains à la mafia ne les dénoncent pas à la police, car trop impliquées.
Ces femmes de l'ombre gagnaient de plus en plus en influence. L'une d'elles fit construire un casino, couvrant ainsi des activités telles que le gambling ou même la prostitution dans le casino lui-même. Ce lieu de débauche et de jeux devint également le quartier général de la mafia, bien entendu, tout cela sans se faire attraper par les policières.

Voyant l'intérêt d'une alliance avec de telles femmes, certaines ne tardèrent pas à se joindre à elles en se faisant par exemple dealeuses, ou en leur fournissant des esclaves. C'est ainsi que le marché noir de l'île commença à être alimenté en esclaves invendues, après un accord avec la directrice du marché légal, qui gardait bien entendu pour elle les meilleurs morceaux. Évidemment, la parraine avait garanti aussi une certaine protection à cette femme, comme à toutes leurs autres alliées. Mais ce n'était pas là la seule source de renflouement de ce marché illégal : les mafieuses revendaient aussi des esclaves abandonnées, rejetées ou kidnappées sur lesquelles elles étaient tombées. Bien entendu, elles ne sabordaient jamais la livraison de nouvelles marchandises, afin de garder intacte leur alliance avec le marché légal.

Cependant, cette montée en puissance n'était pas du goût de tout le monde. C'est ainsi qu'après un raid d'une mafia étrangère, la parraine connue sous le pseudonyme d'Angel Love se fit assassiner. Il en résulta un certain chambardement dans la mafia, puisque plus d'une se disputèrent la place tant convoitée. Finalement, ce fut Elise Van Hoofelhaart, compagne d'une des "candidates", qui parvint à prendre la tête de l'organisation, après la disparition mystérieuse de celle-ci. Requinquée et les rangs nettoyés, la mafia locale était de nouveau apte à agir.
La mafia locale n'était pas une joyeuse bande d'amatrices. Dans ses rangs, l'on comptait un grand nombre de professionnelles venues exprimer leur talent sur l'île de tous les vices, un endroit où aucune limite n'était avancée. Mais aussi un endroit où, comme mentionné plus haut, les mafias "traditionnelles" n'avaient pas le bras assez long pour aller chasser leurs anciennes membres.

Néanmoins, pendant cette période trouble, d'autres mafieuses s'étaient implantées sur l'île. Des rivales directes, responsables du meurtre d'Angel Love, prêtes à tout pour obtenir une petite part de ce marché illicite, et n'hésitant pas à rentrer en conflit direct avec la mafia de l'île... Ou à leur proposer des alliances. En dépit de leurs appartenances à de puissants organismes extérieurs, ces "autres" mafieuses ne peuvent imposer aisément leur loi car les subsides des maisons-mères viennent au compte-goutte. C'est la raison pour laquelle ces mafias ne sont pas en guerre ouverte et tentent de se faire discrètes. En dépit du nombres importants de traîtresses, ou supposées comme telles, dans les rangs de la mafia locale, elles sont très régulièrement loyales envers la Parraine d'YS. Sûrement est-ce dû aux grandes libertés accordées par cette nouvelle parraine.